Existe-t-il une corrélation entre la psychose et la consommation de cannabis ?

La corrélation entre la psychose et le cannabis

Cannabis et psychose : voici ce qu’affirment les experts

Le cannabis et la psychose sont-ils vraiment liés ?

Il est essentiel de connaître les conséquences d’une mauvaise utilisation de la marijuana pour se protéger et savoir à quoi s’attendre, afin d’éviter des conséquences désagréables comme celles dont nous allons parler aujourd’hui.

C’est pourquoi nous avons compilé dans cet article les résultats de certaines études sur le développement de troubles psychotiques tels que la schizophrénie à la suite de la consommation de cannabis à forte teneur en THC.

Psychose et cannabis

Existe-t-il un lien entre la consommation de marijuana et les troubles psychiatriques ?

Plusieurs études ont établi un lien entre la consommation de marijuana et un risque accru de troubles psychiatriques, notamment de psychose (schizophrénie).

Cependant, il n’est pas toujours facile de déterminer si et dans quelle mesure elle est réellement à l’origine de cette affection, mais essayons d’y voir plus clair.

Des recherches récentes suggèrent que le fait de fumer quotidiennement de la marijuana à forte puissance peut multiplier par près de cinq la probabilité de développer une psychose par rapport aux personnes qui n’en ont jamais consommé.

Plus précisément, cette relation est influencée par trois facteurs :

  1. la quantité de produit utilisée ;
  2. l’âge de la première utilisation ;
  3. la vulnérabilité génétique.

Les preuves les plus solides à ce jour concernent les liens entre la consommation de marijuana et les troubles psychiatriques chez les personnes présentant une vulnérabilité génétique ou autre préexistante.

Une étude utilisant les données longitudinales de la National Epidemiologic Survey on Alcohol and Related Conditions a examiné les associations entre la consommation de marijuana, les troubles de l’humeur et de l’anxiété et les troubles liés à la consommation de substances et, après ajustement pour divers facteurs de confusion, n’a trouvé aucune association entre la consommation de cannabis et les troubles de l’humeur et de l’anxiété.

Les seules associations significatives étaient :

  • le risque accru de troubles liés à la consommation d’alcool ;
  • la dépendance à la nicotine ;
  • les troubles liés à la consommation de marijuana ;
  • d’autres troubles liés à la consommation de drogues.

Mais, allons droit au but : existe-t-il une corrélation entre le cannabis et la psychose ?

D’une certaine manière, il semblerait que ce soit le cas.

Des recherches récentes ont montré que les personnes qui consomment de la marijuana et sont porteuses d’une variante spécifique du gène AKT1 ont un risque accru de développer une psychose.

Ce gène code pour une enzyme qui affecte la signalisation de la dopamine dans le striatum, une zone du cerveau qui s’active et se remplit de dopamine en présence de certains stimuli.

Plus précisément, une étude a révélé que le risque de psychose chez les sujets présentant cette variante était sept fois plus élevé chez ceux qui consommaient de la marijuana quotidiennement que chez ceux qui en consommaient peu ou pas du tout.

Mais, ce n’est pas tout.

Il a été démontré que la consommation de marijuana aggrave l’évolution de la maladie chez les patients souffrant déjà de schizophrénie. Comme nous l’avons mentionné précédemment, la marijuana peut produire une réaction psychotique aiguë chez les personnes non schizophrènes qui en consomment surtout à fortes doses.

Lire aussi : Le beurre de cannabis : ce qu’il est et comment il est préparé

Cannabis et troubles psychotiques : le rôle du THC

Nous avons dit que de nombreuses études confirment que la consommation de cannabis augmente le risque de troubles psychotiques.

Mais, à quoi cela est-il dû ?

Dans la section précédente, nous avons souligné que la probabilité de développer ces troubles peut augmenter en fonction de facteurs tels que l’âge, la génétique et la quantité de cannabis, mais que le plus grand risque se trouve chez les consommateurs quotidiens de cannabis à forte teneur en Δ-9-THC.

C’est vrai.

À vrai dire, la consommation de cannabis chez les patients schizophrènes :

  • aggrave les symptômes psychotiques ;
  • augmente le risque de violence ;
  • encourage la rechute ;
  • augmente la fréquence des hospitalisations ;
  • diminue l’observance du traitement ;
  • favorise la résistance au traitement antipsychotique.

En bref, un vrai problème.

La bonne nouvelle est qu’une amélioration significative des symptômes est observée chez les patients qui arrêtent de prendre le médicament.

C’est pourquoi les approches thérapeutiques actuelles en matière de soins psychiatriques prennent également en compte les différentes addictions.

Cannabis et psychose

L’arrêt de la consommation de cannabis peut-il mettre fin à la psychose ?

Oui, il est vrai qu’une consommation moins fréquente de marijuana réduit le risque d’un premier épisode psychotique. Cependant, cela ne signifie malheureusement pas que les personnes déjà atteintes de schizophrénie peuvent éliminer ce trouble « simplement » en arrêtant de consommer du cannabis.

C’est vrai, vous avez bien lu.

En réalité, la schizophrénie et d’autres maladies psychotiques sont des maladies mentales à long terme qui doivent être gérées, et si le cannabis active d’une manière ou d’une autre cet interrupteur, ce n’est pas quelque chose qui peut être facilement éteint.

Comme nous l’avons dit, la consommation de marijuana riche en THC pourrait en fait déclencher un trouble psychotique primaire, ce qui signifie que même après le retrait de la substance, les symptômes subsisteraient.

Lire aussi : Voici les États américains où la marijuana est légale.

Conclusions

Cet article visait à mettre en évidence les risques possibles d’une mauvaise utilisation du cannabis. Comme nous l’avons vu, on estime qu’il y a une augmentation considérable de la probabilité de développer des troubles psychotiques tels que la schizophrénie.

Compte tenu du risque élevé, il est toujours bon d’acheter des produits de qualité auprès de détaillants certifiés tels que SensorySeeds, le principal site de commerce électronique pour la vente de semences.

À bientôt!