Séchage du cannabis : 3 choses à savoir

Comment sécher parfaitement le cannabis

Voici les secrets pour sécher la marijuana à la perfection

Dès le moment où les cultivateurs de marijuana plantent leurs graines de cannabis, leur objectif premier est d’obtenir une récolte de qualité.

Outre la phase de culture, il est toutefois important de prêter attention au séchage du cannabis, sans quoi le travail effectué précédemment sera perdu.

Dans cet article, nous allons vous parler des étapes les plus importantes que les cultivateurs de cannabis expérimentés prennent dans cette phase, afin d’obtenir des produits finis de qualité, sans défauts ni problèmes.

Des plants de cannabis suspendus pour le séchage

Séchage du cannabis : ce qu’il est et pourquoi il est important

Le séchage du cannabis est un processus qui consiste à éliminer l’humidité de la récolte. Il est nécessaire pour pouvoir consommer les produits obtenus et les stocker sans développer de moisissures ou de pourriture.

En plus de ce qui précède, le séchage de la marijuana est également nécessaire pour déclencher plusieurs processus importants de transformation des terpènes.

Entrons dans les détails.

Les bourgeons frais, à condition que vous puissiez les allumer (là où c’est autorisé), produisent une fumée amère et ont un profil terpénique de faible qualité. Les bourgeons correctement séchés, en revanche, sont riches en saveur et faciles à utiliser.

Après le séchage, les bourgeons de cannabis doivent également être tannés. Le bronzage consiste à conserver les bourgeons de marijuana dans des récipients fermés pendant environ 15 jours.

Si l’herbe n’est pas séchée correctement ou si elle n’est que partiellement séchée avant le tannage, le produit risque fort d’être endommagé par des moisissures et des agents pathogènes au cours de cette étape.

Il est donc très important d’éliminer l’humidité des bourgeons avant la consommation.

Découvrons maintenant comment sécher le cannabis de manière impeccable.

Lire aussi : Comment obtenir d’énormes têtes de cannabis en 5 étapes faciles

La procédure de séchage du cannabis en 3 étapes de base

Comme expliqué dans le paragraphe précédent, en plus de choisir des graines de canabis de qualité et de cultiver les plantes avec les bons soins, il est également essentiel de réaliser un processus de séchage professionnel afin d’obtenir de bons produits.

Que faut-il savoir pour mener à bien ce processus de la meilleure façon possible ?

Examinons les trois points cruciaux.

Récolte : la manière de récolter fait toute la différence

Pour faire sécher des têtes de cannabis, il faut d’abord les récolter.

Certains cultivateurs de cannabis préfèrent couper les bourgeons directement de la plante lors de la récolte, tandis que d’autres préfèrent couper une partie des branches et des feuilles avec les bourgeons, et ne séparer les fleurs que lorsque le processus de séchage est terminé.

Quand est-il préférable d’opter pour une méthode plutôt que pour une autre ?

Considérez que plus le volume de la plante attachée aux sommets est important, plus le temps de séchage sera long.

Si le processus de séchage a lieu dans un environnement très chaud et sec, le fait de conserver une partie du matériel végétal empêchera les bourgeons de se dessécher trop rapidement.

Si, en revanche, la phase de séchage se déroule dans un environnement au climat peu clément, il est préférable de “manucurer” les bourgeons directement sur la plante afin que le temps de séchage ne soit pas trop long.

Ventilation : le secret est l’homogénéité

Après la récolte, il est temps de trouver le bon endroit pour faire sécher les bourgeons.

Si les sommets sont restés attachés aux branches, l’idéal est de les suspendre.

Certains utilisent des fils, d’autres des cintres et d’autres encore créent des structures spéciales pour ce processus : quelle que soit la méthode choisie par les cannabiculteurs, l’astuce consiste à maintenir les branches bien écartées afin que chaque partie soit correctement aérée.

Si les bourgeons ont déjà été coupées de la plante, la meilleure option est de les laisser sécher sur un filet.

Pourquoi ?

Une base telle qu’un filet permet à l’air de circuler sur toute la surface des fleurs, empêchant ainsi que certaines zones restent plus humides que d’autres.

En fait, quelle que soit la méthode que vous choisissez d’utiliser, le secret consiste à créer un système de ventilation parfait : si l’air atteint toutes les parties des fleurs, celles-ci peuvent sécher de manière uniforme.

Séchage lent : pas de précipitation

Pour obtenir des têtes de cannabis de qualité, aux arômes excellents et à la consistance idéale, il est essentiel d’attendre le bon moment.

En règle générale, l’environnement de séchage idéal doit avoir une température d’environ 21 °C et une humidité d’environ 50 %.

Lorsqu’il s’agit de petits bourgeons (appelés bourgeons popcorn), le temps de séchage sera court, tandis que les bourgeons plus grands prendront plus de temps pour sécher complètement.

N’oubliez pas que forcer le séchage des fleurs de cannabis revient à modifier leurs arômes, parfois même à les rendre désagréables.

Si les bourgeons de cannabis sont encore attachés aux branches, ils peuvent être considérés comme prêts lorsqu’ils se détachent facilement et qu’il n’y a pas de fibres végétales encore fraîches pour résister. Un autre moyen est d’essayer de fendre les branches : si elles se cassent lorsque vous les pliez, alors la phase de séchage devrait être terminée.

Lorsque les fleurs ont déjà été détachées du reste de la plante de cannabis, il suffit d’attendre qu’elles sèchent, mais attention : elles ne doivent pas s’effriter entre vos mains (elles seraient alors trop sèches).

En ce qui concerne le temps de séchage, gardez à l’esprit que les gros bourgeons prendront environ deux semaines, tandis que les petits bourgeons ne prendront qu’une semaine.

Les bourgeons sèchent après séchage

Séchage du cannabis en plein air : est-ce une bonne idée ?

Habituellement, la phase de séchage du cannabis se fait en intérieur, et il y a de nombreuses raisons à cela.

Tout d’abord, à l’intérieur, vous pouvez contrôler la température, l’humidité et la ventilation : si la température est trop élevée, les bourgeons se dessèchent trop rapidement ; si l’humidité est trop élevée et que la ventilation est mauvaise, cela facilitera le développement de moisissures et la prolifération d’agents pathogènes.

Un autre avantage des espaces clos est qu’ils peuvent être nettoyés et désinfectés, ce qui, une fois encore, limite les attaques de pathogènes.

Choisir de faire sécher le cannabis à l’extérieur, en revanche, peut entraîner plusieurs problèmes.

Tout d’abord, il y a le risque que les bourgeons se détériorent tant physiquement qu’aromatiquement lorsqu’ils sont exposés au soleil, et ensuite il y a la question de l’odeur.

Pendant la phase de séchage du cannabis, l’odeur émanant des plantes peut être très forte et, en raison du vent, atteindre les maisons ou les entreprises voisines, créant ainsi des nuisances.

À l’intérieur, il serait également possible de limiter la propagation des arômes de la plante en utilisant des systèmes d’aspiration spéciaux.

Lire aussi : Comment sécher rapidement l’ herbes : 3 méthodes efficaces

En conclusion

Comme nous l’avons vu, le succès du séchage du cannabis dépend de plusieurs facteurs.

Tout d’abord, selon la façon dont la récolte a été effectuée, la façon de sécher changera également, et ensuite, vous devez vous assurer que vous séchez les bourgeons de cannabis dans le bon environnement avec un système de ventilation approprié.

Cela dit, nous espérons que cet article a satisfait votre curiosité, et nous aimerions profiter de l’occasion pour vous inviter à jeter un coup d’œil à Sensoryseeds, notre weed seed shop en ligne.

En France, il est interdit de cultiver et de consommer de la marijuana, mais il est possible d’acheter des graines à des fins de collecte : choisissez vos graines génétiques préférées dans notre gamme et faites-les livrer directement chez vous dans les meilleurs délais.

Nous vous attendons !